La nouvelle de l’entrée d’Audi en Formule 1 n’est pas une surprise. Il y a quelques mois, le chef de l’entreprise Volkswagen, Herbert Diess, a évoqué de tels projets. Et voilà, c’est officiellement annoncé : en 2026, Audi deviendra le fournisseur de motorisations d’une équipe encore inconnue.

Le développement sera réalisé par une entreprise nouvellement créée contrôlée par Audi Sport. Il sera basé à Neuburg an der Donau, une ville non loin d’Ingolstadt. Il y aura aussi des bancs d’essai. Tous les travaux préparatoires devraient être achevés d’ici la fin de cette année.

Le communiqué de presse souligne que « pour la première fois depuis plus de dix ans, le groupe motopropulseur de la voiture de Formule 1 sera construit en Allemagne ».

Bien que l’arrivée ait déjà été annoncée, elle n’aura lieu que 3,5 ans plus tard, en 2026. La date n’a pas été choisie par hasard : cette saison en Formule 1, un nouveau règlement entrera en vigueur, qui égalisera pratiquement la puissance de deux centrales électriques – les moteurs à combustion interne électriques et traditionnels.

Le moteur à combustion interne se présentera sous la forme d’un V6 de 1,6 litre d’une puissance d’environ 400 kW (équivalent à 544 ch). Ces moteurs fonctionneront avec des carburants synthétiques, réduisant ainsi l’empreinte carbone de la Formule 1 à près de zéro d’ici 2030.

La Race Royale signifiera beaucoup pour Audi en termes de promotion de la marque, avec 1,5 milliard de personnes ayant suivi les courses l’année dernière. Le public principal venait de Chine et des États-Unis – des marchés très importants pour Audi.

Actuellement, trois écuries automobiles participent à la Formule 1 : Ferrari, Renault (Alpine) et Mercedes-AMG. De plus, des moteurs Honda modifiés sous la marque Red Bull Powertrains sont utilisés par les équipes Scuderia AlfaTauri et Red Bull Racing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.