Les régulateurs antitrust européens ont confirmé la veille qu’ils ne feraient pas appel de la décision du tribunal d’annuler l’amende de 997 millions d’euros contre Qualcomm. La Commission européenne a infligé cette amende il y a quatre ans, accusant le développeur de puces de pratiques anticoncurrentielles.

Les premières informations à ce sujet sont apparues en août – puis des sources non officielles ont indiqué que la Commission européenne n’avait pas l’intention de faire appel de la décision de juin de la Cour européenne de juridiction générale. Le département s’est rendu compte qu’il serait difficile de gagner devant la Cour européenne, et c’est la plus haute autorité de la région. « La Commission a soigneusement examiné la décision de la Cour de justice générale dans l’affaire Qualcomm (paiements d’exclusivité) et a décidé de ne pas faire appel devant la Cour européenne de justice », Reuters a cité une déclaration par courrier électronique d’un porte-parole du département.

Selon le régulateur, le fabricant de puces a versé des milliards de dollars à Apple pour empêcher le fabricant d’iPhone et d’iPad d’acheter des composants à des sociétés concurrentes. Tout d’abord, il s’agissait de modems, puis Apple a commencé à les acheter à Intel.

Le tribunal de droit commun a accusé la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager de vices de procédure dans l’affaire Qualcomm. Les procès-verbaux des réunions et des téléconférences ont révélé la preuve que le droit à la défense de l’accusé avait été violé.

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez-la avec la souris et appuyez sur CTRL + ENTRÉE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.