Lundi dernier, Google a présenté au public une nouvelle startup, Aalyria, formée sur la base de l’équipe derrière le projet secret Minkowski. Selon un communiqué de presse d’Aalyria, la startup exploitera « des réseaux de communication ultra-rapides, ultra-sécurisés et hautement efficaces couvrant la terre, la mer, l’air et l’espace proche et lointain ».

Source de l'image : Charles Platiau/Reuters

Source de l’image : Charles Platiau/Reuters

La start-up Aalyria a annoncé qu’elle disposait de la technologie de communication laser Tightbeam, dépassant toutes les technologies existantes en termes d’échelle et de vitesse et « améliorant considérablement les communications par satellite, le Wi-Fi dans les avions et les navires et les communications cellulaires partout ». La plate-forme logicielle Aalyria a déjà été utilisée dans plusieurs projets de réseaux aérospatiaux de Google.

Aalyria est dirigée par le PDG Chris Taylor, un expert en sécurité nationale qui dirigeait auparavant des entreprises qui travaillaient avec le gouvernement. Le conseil consultatif d’Aalyria comprend plusieurs anciens employés et cadres de Google. La startup a déjà un contrat commercial de 8,7 millions de dollars avec une division du département américain de la Défense.

Alphabet, la société mère de Google, a transféré plus tôt cette année des technologies, de la propriété intellectuelle, des brevets créés et enregistrés depuis près d’une décennie, ainsi que des bureaux et d’autres actifs à Aalyria plus tôt cette année, a rapporté CNBC. Dans le même temps, Google est devenu propriétaire d’une participation minoritaire dans la startup.

En raison de la réduction des revenus publicitaires, Alphabet abandonne des projets individuels qui se sont avérés peu prometteurs, transformant les autres en sociétés distinctes afin de trouver des sources de financement externes. En particulier, Alphabet a fermé le projet Makani, qui était engagé dans la création de cerfs-volants pour la production d’électricité, ainsi que le projet Loon , qui fournissait l’Internet haut débit à des régions reculées du monde à l’aide de ballons situés dans la stratosphère.

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez-la avec la souris et appuyez sur CTRL + ENTRÉE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.