Le ministère du Développement numérique de la Russie a l’intention de modifier le projet d’infrastructure d’information pour redistribuer les fonds alloués dans le budget 2022 pour « compenser » les fréquences pour les communications 5G. Désormais, l’argent est censé être alloué au centre situationnel du ministère, qui s’occupe de l’élimination des conséquences des urgences sur les réseaux de communication existants – cette année, leur nombre a considérablement augmenté.

Source de l'image : Kabiur Rahman Riyad/unsplash.com

Source de l’image : Kabiur Rahman Riyad/unsplash.com

La demande envoyée à l’ANO « Tsifrovaya ekonomika », au « Centre d’expertise et de coordination de l’informatisation » du FGBU et à d’autres départements indique que la conversion de fréquence pour la 5G n’est pas encore pertinente et que des fonds d’un montant de 34 millions de roubles devraient être consacrés à des « tâches prioritaires « . En outre, il est souligné que le projet de décret présidentiel « portant approbation du plan de conversion de fréquence pour le développement de la 5G » proposé par le ministère du Développement numérique en 2020 n’a pas encore été signé par le chef de l’Etat. Dans le même temps, le ministère souligne que les plans de développement de la 5G sont préservés. Selon Kommersant , à en juger par les matériaux de la lettre, à la fin de cette année, 1,3 milliard de roubles ont été alloués à la conversion de fréquence.

Auparavant, il était prévu de présenter le plan de conversion des fréquences pour les communications de cinquième génération au président du pays dès 2020. Le Mintsifra prévoyait que la conversion affecterait les fréquences dans les gammes de 2,3-2,4 GHz, 4,8-4,99 GHz et 24-29 GHz, et que le coût total de la conversion s’élèverait à 7,4 milliards de roubles. De plus, il était prévu d’allouer à la 5G et aux fréquences de la bande 700 MHz, qui ont été libérées après le passage de la diffusion TV analogique au numérique, mais en juin l’utilisation des fréquences par les diffuseurs a été étendue.

Selon le vice-Premier ministre Dmitry Chernyshenko, qui s’est exprimé au Forum économique de l’Est au début du mois, le développement de la 5G sur les équipements russes se fera à des fréquences de 4,4 à 4,9 GHz. Maintenant, le ministère du Développement numérique a signalé que la conversion n’est pas nécessaire pour une partie du spectre 4,8-4,9 GHz, elle ne sera nécessaire que pour la partie 4,4-4,8 GHz. Avant de réévaluer le besoin de conversion, des fonds devraient être alloués aux tâches prioritaires.

On sait que l’été dernier VimpelCom, MegaFon et Rostelecom ont créé une joint-venture New Digital Solutions pour le développement de la 5G en Russie, et cette année MTS a également été inclus dans ses fondateurs. Bien que la Commission d’État sur les fréquences radio (SCRF) ait fourni aux opérateurs des fréquences dans la gamme 4,4-4,99 GHz pour les tests, ils continuent d’insister pour donner accès aux fréquences utilisées par les forces de l’ordre russes aujourd’hui – c’est celle utilisée pour la 5G dans de nombreux pays à travers le monde. Dans le même temps, les opérateurs soulignent que le spectre alloué aux communications de cinquième génération est déjà utilisé par les installations radio existantes, qui devront être transférées vers d’autres bandes.

Cependant, selon les sources de Kommersant, l’industrie dans son ensemble a des doutes sur l’opportunité de lancer la 5G sur fond de sanctions – des problèmes sont observés même avec la fourniture d’équipements pour la 4G, et les perspectives de sortie de solutions domestiques sont encore évaluées comme « vague », même si plus tôt il a été signalé que les solutions 4G domestiques dans les 2-3 prochaines années. Selon des sources du secteur, il est plus pertinent de convertir des fréquences supplémentaires pour la 4G, notamment la même bande 700 Hz, ce qui augmentera la capacité du réseau de quatrième génération.

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez-la avec la souris et appuyez sur CTRL + ENTRÉE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.