Les fabricants russes de serveurs et de systèmes de stockage de données (SHD) n’auront plus besoin de recourir à des sous-traitants nationaux pour participer aux marchés publics et bénéficier d’un certain nombre de préférences. Comme il y a une pénurie d’électronique dans le pays, le Premier ministre russe Mikhail Mishustin a approuvé un projet de résolution prévoyant l’introduction d’un système de points pour le marché informatique.

Source de l'image : İsmail Enes Ayhan/unsplash.com

Source de l’image : İsmail Enes Ayhan/unsplash.com

Le système de points est discuté depuis plus d’un an – un certain nombre de points était censé être attribué pour chaque opération technologique en production. Un certain nombre de points marqués permettrait d’ajouter des équipements au registre des solutions domestiques du ministère de l’Industrie et du Commerce.

Les modifications proposées par le ministère de l’Industrie et du Commerce au décret gouvernemental n° 719 permettent de « recalculer » le degré d’appartenance des équipements au « domestique ». Selon Kommersant , le bureau de Mishustin a confirmé l’information sans fournir de détails. Jusqu’à récemment, le décret n° 719 imposait l’utilisation de processeurs russes dans les systèmes de stockage et les serveurs. De plus, en Russie, il était nécessaire d’effectuer un certain nombre d’opérations, telles que le montage de composants sur une carte. Le respect des exigences de l’acte réglementaire a permis de se qualifier pour l’inscription des équipements au registre des solutions domestiques contrôlé par le ministère de l’industrie et du commerce. De plus, ces équipements avaient une priorité dans les achats, où l’utilisation obligatoire de solutions russes n’est pas requise.

Désormais, le ministère de l’Industrie et du Commerce propose de facturer plus de points pour l’utilisation de processeurs russes, sans exclure complètement du marché les solutions avec des processeurs étrangers. S’il y a une puce étrangère dans le serveur ou le système de stockage, les points peuvent être marqués en utilisant d’autres opérations technologiques. Cependant, un système d’approvisionnement à deux niveaux est envisagé, dans lequel les options avec des puces nationales bénéficieront d’un avantage.

Selon des informations, des centres de conception russes impliqués dans le développement de puces et des entreprises utilisant leurs solutions se sont opposés à l’admission de processeurs étrangers sur le marché des marchés publics et à l’introduction d’un système à deux niveaux, et l’initiative a été soutenue par des membres du Computing Technology Association, qui comprend des entreprises telles que Yadro, Aquarius et d’autres – à leur avis, le système de points finira même par augmenter le degré de localisation de la production. D’une manière ou d’une autre, des sources du secteur n’excluent pas que dans la situation qui s’est développée dans le contexte de la pression des sanctions, les clients n’auront tout simplement pas assez de Baïkals et d’Elbrouz nationaux. Les fabricants sous contrat de semi-conducteurs ont déjà cessé de coopérer avec les développeurs russes et aujourd’hui, les stocks d’entrepôt sont utilisés pour la production de serveurs.

Fin août, il a été signalé que la fourniture de serveurs à la Russie depuis le début de l’année avait diminué de 4 à 5 fois depuis le début de l’année, malgré la légalisation des importations parallèles.

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez-la avec la souris et appuyez sur CTRL + ENTRÉE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.