Dans le rapport annuel Data Never Sleeps, Domo a clairement démontré la quantité de données que les internautes consomment chaque minute. Le document comprenait l’activité des médias sociaux, des millions d’heures de vidéo en streaming et des commandes dans les magasins en ligne.

Source de l'image : fancycrave1 / pixabay.com

Source de l’image : fancycrave1 / pixabay.com

Toutes les 60 secondes, en moyenne 231,4 millions d’e-mails et 16 millions de SMS sont envoyés dans le monde. Dans le même laps de temps, les utilisateurs de Facebook * publient 1,7 million de contenus, 347 200 publications vont sur Twitter, 66 000 nouvelles photos apparaissent sur les pages Instagram * et 2,43 millions de clichés apparaissent et disparaissent sur Snapchat.

500 heures de vidéo sont téléchargées sur YouTube en une minute à peine, 1,1 million de partenaires potentiels sont évalués sur Tinder, 5,9 millions de requêtes de recherche sont envoyées à Google et les utilisateurs de Zoom passent 104,6 mille heures d’appels vidéo. Les clients d’Amazon dépensent 443 000 dollars sur la plate-forme chaque minute, les utilisateurs de la blockchain achètent pour 90,2 millions de dollars de crypto-monnaie et les téléspectateurs de films en ligne consomment 1 million d’heures de contenu.

La dynamique au cours des 10 dernières années est également curieuse. En 2012, 2 millions de requêtes étaient envoyées à Google chaque minute (maintenant, encore une fois, c’est devenu 5,9 millions), 48 heures de vidéo YouTube (c’est devenu 500), 3,6 mille photos Instagram * (c’est devenu 66 mille), 100 mille tweets (devenu 347,2 mille) et 684 mille messages sur Facebook * (devenu 1,7 million). Et seule l’avalanche de messages électroniques n’a pas augmenté de manière si significative: en 2012, ils en ont laissé 204 millions par minute (il est devenu 231,4 millions).

Source de l'image : domo.com

Source de l’image : domo.com

* Inclus dans la liste des associations publiques et des organisations religieuses à l’égard desquelles le tribunal a pris une décision définitive de liquidation ou d’interdiction d’activités pour les motifs prévus par la loi fédérale n° 114-FZ du 25 juillet 2002 « Sur la lutte contre les activités extrémistes ». « 

Si vous remarquez une erreur, sélectionnez-la avec la souris et appuyez sur CTRL + ENTRÉE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.